Google XXL: Google OpenSocial
Google XXL

Google OpenSocial

Un communiqué de presse l'annonce officiellement : MySpace et Google se sont alliés pour lancer OpenSocial, un bouquet d'API permettant de concevoir des applications dédiées aux réseaux sociaux à travers le Web. Le principe est donc de fournir aux développeurs des outils communs quelque soit la plate-forme de réseau social concernée. La liste des partenaires qui se sont associés au projet est longue : Engage.com, Friendster, hi5, Hyves, imeem, LinkedIn, Ning, Oracle, orkut, Plaxo, Salesforce.com, Six Apart, Tianji, Viadeo et XING. Par ailleurs, des développeurs ont déjà conçu des applications utilisant les APIs Open Social (Flixster, FotoFlexer, iLike, etc.) Vous pouvez donc accéder à la page d'accueil de Google Code et commencez à travailler dès maintenant ! OpenSocial utilise la technologie des gadgets Google… Vous pouvez ainsi écrire des applications sans avoir besoin de les héberger sur un serveur. Il y a deux sortes d'API OpenSocial : une API Javascript côté client et une autre, côté serveur, utilisant les services web RESTful.
L'API Javascript utilise des standards du Web (JavaScript, HTML et XML) et un espace d'adressage particulier. Elle est axée autour de trois concepts :
Les acteurs des réseaux sociaux et les relations qu'ils entretiennent entre eux. Vous pouvez ainsi afficher le profil social d'un internaute, afficher la liste de ses amis, obtenir des éléments plus détaillés sur son profil utilisateur, etc.
Les flux d'activités (comme la capacité à suivre le statut des personnes de son entourage et les mises à jour signalées sur leurs activités). On peut imaginer, par exemple une application permettant d'être prévenu en temps réel quand un utilisateur poste une nouvelle vidéo en ligne ou met à jour son microblog (comme Twitter).
La persistance des données qui vous permet de développer un contenu spécifique et indépendamment de toute contingence d'hébergement. Un gadget peut ainsi afficher des données partielles générées par vos serveurs, recueillir celles laissées par les internautes en vue d'une utilisation ultérieure ou encore, permettre le partage de fichiers entre les membres des réseaux sociaux partenaires.
L'API OpenSocial offre donc les possibilités suivantes :
  • Créer des applications sans devoir les héberger sur son serveur ;
  • Créer des applications qui supposent un composant serveur afin de permettre le mode hors-connexion ou leur utilisation avec d'autres applications et services en ligne ;
  • Créer des applications nouvelles qui seront à votre marque ;
  • Intégrer des applications Web déjà opérationnelles à des sites de réseaux sociaux existants ;
  • Ajouter des perspectives sociales à des gadgets Google déjà publiés ;
  • Créer une application qui fonctionnera quelque soit la plate-forme de réseau sociale utilisée.
Signalons enfin qu'il existe quelques tutoriaux en ligne qui vont vous aider à créer votre premier gadget social.
Par ailleurs, un développeur n'aura plus à se casser la tête à choisir pour quel réseau social il souhaite développer son application. Quelques lignes de code plus tard, voici son œuvre compatible avec les principaux acteurs du système ! Enfin, c'est une manière de démocratiser le monde toujours un peu mystérieux de la programmation en donnant à chacun la possibilité de créer son propre gadget à la mode (à la manière des APIs Google Maps). Vous avez quelques exemples intéressants sur la page de présentation de l'API Google OpenSocial. Le projet est ambitieux puisqu'il s'apprête à fédérer sous la même bannière près de 200 millions d'utilisateurs. Bien évidemment, Facebook avec ses 50 millions d'utilisateurs doit se sentir un peu à l'étroit dans ses souliers. Là où Microsoft a dépensé une fortune pour obtenir un confetti dans le capital de Facebook, Google entre de plein pied dans le monde des réseaux sociaux sans débourser apparemment un centime. Et toujours avec les trois mêmes recettes qui ont fait le succès de l'entreprise : simplicité d'utilisation, universalité des applications, gratuité des services.

2 commentaires:

  tibo772

2 novembre 2007 à 14:55

Quel profit peut en tirer Google ? Pourquoi crée-t-il et met-il à disposition des APIs gratuitement ? Quels bénéfices en tire-t-il ? Je n'arrive pas à comprendre cela...

  Jean-Noël Anderruthy

2 novembre 2007 à 16:41

Chez Google tout commence par du gratuit et finit en AdSense ou AdWords... Et une action à 700 $ (pour l'instant !)