Google XXL: Google Map Marker
Google XXL

Google Map Marker

google map maker
Google Map Marker : un wiki maps interactif !
C'est un concept nouveau que vient d'annoncer Google : dans certaines régions du monde, il vous est possible de proposer vos propres contributions et d'aider la société de Mountain View à en dresser une cartographie extrêmement détaillée… Il vous suffit pour cela d'accéder à Google Map Maker. Notez que vous devez vous connecter sur votre compte Google. Cette fonctionnalité concerne plus de 57 pays et territoires. Le champ d'exploration est donc vaste !
Le principe est assez simple :
Sélectionnez une destination ;
Cliquez sur le bouton Browse pour afficher les catégories d'informations possibles ou sur Find to edit pour afficher les éléments qui sont déjà éditables à partir des coordonnées géographiques que vous avez sélectionnées. Il faut cliquer alors sur le point de la carte que vous allez contribuer à enrichir.
Vous pouvez également ajouter un repère, tracer une ligne et un polygone.
Les informations que vous allez indiquer peuvent aussi être d'ordre local comme un service, un commerce ou un type d'administration. On peut en dresser un inventaire à la Prévert : Adult Business, Loto, Mosquées, Spa, Zoo, etc.
Quand vous éditez la fiche d'une route, il vous faut saisir les informations qui permettront de connaître son importance, la limitation de vitesse en vigueur, son revêtement, le nombre de voies, etc.
À bien des égards, ce service propose des options vraiment pointues…
Il faut signaler que vos possibles contributions sont soumises à modération et que, dans ce cas là, les repères qui n'ont pas été approuvés seront de couleur orange.
Pour les coins que vous pensez bien connaître (autour de chez vous, par exemple), vous pouvez aussi créer votre propre voisinage (Neighborhood) et devenir, à votre tour, un modérateur pour la zone géographique sélectionnée (sans pour autant avoir la possibilité de modérer vos propres changements…)
La boucle est bouclée !
Cela peut sembler audacieux comme pari puisqu'on laisse de côté les experts en cartographie dont s'est normalement le travail pour s'en remettre entièrement à la bonne volonté de la population locale. C'est oublié que Google a déjà utilisé des méthodes semblables pour dresser des cartes extrêmement précises de régions qui étaient, jusqu'alors, très pauvres en renseignements.
On est alors à mi-chemin entre un guide du routard fait par les lecteurs et une carte Michelin dont les informations pourront être actualisées en temps réel.
Personnellement, je trouve ce wiki maps ou projet de carte collaborative vraiment ambitieux et intéressant.

5 commentaires:

  francois

24 juin 2008 à 15:18

"Personnellement, je trouve ce wiki maps ou projet de carte collaborative vraiment ambitieux et intéressant."

Certes mais pas vriamment une idée originale de la part de Google...
Après les Knols[1] pour essayer de contrer la Wikipedia, Google s'en prends maintenant à OpenStreetMap:

http://www.openstreetmap.org/
http://wiki.openstreetmap.org/index.php/Fr:Main_Page
http://www.opengeodata.org/?p=307

Le plus inquiétant c'est la licence des données contribuées, tout appartient à Google qui pourra les monétiser à l'envie (où comment travailler gratuitement pour Google).

C'est sure, sur ce point c'est très différent d'Open Street Map qui est plus qu'une simple carte mais une base de données qui offre la liberté de créer des cartes générllistes, pour cyclistes, pour marcheurs, pour des jeux, ou pour d'autres usages actuels ou à inventer.

Je suis un Google junkie qui aime Google lorsqu'il innove mais moins lorqu'il essaie de casser des projets communautaires efficaces comme la Wikipedia ou Open Street Map pour faire du propriétaire lucratif bien fermé via crowdsourcing gratuit.


PS: Pour voir de belle cartes OpenStreetMap regarder L'allemagne (Berlin, Munich, etc) ou L'angleterre (Londre). Les cartes de ces villes sont bien meilleures que les cartes commerciales existantes. En france par contre il reste encore de quoi faire...

[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Knol

  Jean-Noël Anderruthy

24 juin 2008 à 17:34

Oui, mais Google Maps explorer deux voies complètement divergentes :
la participation citoyenne et la création de solutions de cartographie pour aider les pays en voie de développement (sur Google Earth également). La possibilité d'ajouter son propre service ou commerce via le Local Business Center. Seul souci : entre les deux, il existe un méli-mélo d'informations en tous genres qui font de Google Maps un joyeux foutoir. En ce sens, le pense que des sites comme Open street Map n'ont pas vraiment de soucis à se faire !
Google Knol a été annoncé mais, depuis, c'est silence radio. Et il y en a plein des services que Google a déjà abandonnés ou s'apprête à s'aborder. Du coup, je ne suis pas inquiet pour les autres !
Enfin, la question de la licence est vraiment épineuse à souhait. Mais, on peut faire la même remarque pour tous les produits Google. C'est un des dangers du tout gratuit : "faites ce que vous soulez et je ferai moi, de mon côté, ce que je veux de vos données".
Merci François pour ce long commentaire qui a aussi le mérite de rappeler que cet excellent service (Open Street Map) mériterait un peu plus les suffrages et la participation des internautes français.

  Pierre Ehrlacher

24 juin 2008 à 17:44

Il faudrait peut-être aussi préciser que ces cartes ne sont pas d'une grande rigueur scientifique. C'est, en termes de cartographie, de l'a-peu-près. OK, c'est interactif, riche par endroits, plein de détails mais inexploitable dans le cadre d'une démarche cartographique sérieuse.

  francois

25 juin 2008 à 00:05

"Il faudrait peut-être aussi préciser que ces cartes ne sont pas d'une grande rigueur scientifique. "

J'imagine donc que c'est comme pour la wikipedia, ce n'est pas d'une grande rigueur scientifique et ça ne sert probablement pas à grand chose:
http://en.wikinews.org/wiki/Wikipedia_and_Britannica_about_as_accurate_in_science_entries,_reports_Nature

"C'est, en termes de cartographie, de l'a-peu-près. OK, c'est interactif, riche par endroits, plein de détails mais inexploitable dans le cadre d'une démarche cartographique sérieuse."

Une des motivations des participants d'Open Street Map est justement le nombre important d'erreurs rencontré dans les cartes commerciales qui ne sont souvent pas à jours avec une bonne partie dessinée via images satellitaires (seulement deux sociétés au monde, Navtek et Teleatlas, pour cartographier toute la planète).
Pour ma part ce qui est "sérieux" c'est quelque chose qui contient le moins d'erreur factuelles possible (mesurables, quantifiables). Je crois qu'une carte est faite pour être utile à ses usagers (les induire en erreur le moins possible) et moins pour faire un phD sur la quadrature de la géodésique locale au niveau subatomique. La faiblesse d'Open Street Map (ou de la wikipedia) se situe plus dans l'homogénéité de forme et dans les trous (zones pas encore couvertes). Par contre le système de modération de GM Maker me semble vraiment bien pensé et l'interface est bien fichue.

  Jean-Noël Anderruthy

25 juin 2008 à 12:21

Ah mais tu prêches un convaincu : j'adore Open Street Map ! De toute façon, c'est une entreprise de longue haleine : ce n'est pas avant 2 3 ans que l'on pourra se rendre compte si le service a réellement pris ou pas.
Concernant GM Maker, c'est, pour l'instant, limité à une très petite partie de notre planète. Je ne sais pas si cela peut être un modèle de dévelopement pour Google Maps. A mon sens, la prochaine ligne droite, c'est l'intégration des street view dans la version mobile : la réalité augmentée à portée de main...